top of page

"Nous n’avons pas le droit de pratiquer la politique du pire"

TRIBUNE. Serge Grouard, maire d’Orléans et candidat à la présidence des Républicains publie une tribune dans le JDD pour insister sur la nécessité de construire un accord de gouvernement avec Emmanuel Macron sur « cinq urgences ».


Nous, Les Républicains, sommes en voie de disparition. A 10% lors des dernières législatives et dans le flou de notre posture actuelle, nous ne gagnerons plus les élections. A force de défaites, aurions-nous déjà renoncé ? Je ne m’y résous pas. C’est pourquoi, je propose une autre stratégie. Le paradoxe est à peine croyable : jamais le balancier politique n’a autant penché à droite et jamais les réformes que nous voulons porter ne sont apparues aussi nécessaires : Le nombre de victimes d’agressions a bondi de 12% en 2021, l’immigration est incontrôlée, la moitié de notre parc nucléaire est à l’arrêt et nos finances publiques sont à la dérive. Quant aux Français, ils subissent tout cela, entre colère et résignation.


Pourtant, nous restons muets. Nous les LR, ne tentons pas d’imposer nos réformes alors que nous en avons les moyens. Républicains et Centristes sont majoritaires au Sénat, nous disposons d’une soixantaine de députés à l’Assemblée et nous restons ainsi la clé de voûte du système politique et institutionnel. Rien ne peut se faire sans nous mais tout peut se faire avec nous.

Alors, je propose de reprendre l’offensive. Parce que le pays va mal, très mal, parce les urgences se multiplient, parce que la crise guette, nous ne pouvons pas attendre cinq ans de plus et nous n’avons pas le droit de pratiquer la politique du pire. A force d’avoir les yeux fixés sur l’échéance présidentielle, nous en oublions l’essentiel, la France ! Et la France n’a pas le temps d’attendre et n’a pas les moyens d’ajouter aux fragilités actuelles, une probable crise politique.


A nous d’aller voir le Président de la République, en prenant les Français à témoin, pour lui proposer un accord de gouvernement sur cette base

Dès le lendemain de l’élection interne à la présidence des Républicains, il nous faudra nous rassembler autour d’une feuille de route puissante, simple et claire nourrie de cinq urgences :


Urgence régalienne fondée sur ce que j’appelle le triple zéro : Tolérance 0, Impunité 0, immigration 0.


Urgence climatique et écologique pour une France décarbonée.


Urgence financière pour mettre fin à l’emballement de la dette.


Urgence sociale pour répondre aux injustices criantes de notre société.


Urgence institutionnelle par une réforme en profondeur de l’Etat et une nouvelle décentralisation.


A nous d’aller ensuite voir le Président de la République, en prenant les Français à témoin, pour lui proposer un accord de gouvernement sur cette base. Le chef de l’Etat n’aura pas le choix bien longtemps. S’il refusait, il porterait la responsabilité de la paralysie qui en résulterait et ses gouvernements pourraient alors être censurés.


J’ai adhéré au RPR en 1981. J’ai travaillé pour Jacques Chirac avant d’être à mon tour élu maire puis député. Je dois mon parcours politique au respect sans transiger des valeurs du gaullisme. La ligne que suivent aujourd’hui Les Républicains s’en éloigne car elle aboutit à laisser la France s’enfoncer dans un décrochage fatal. En soumettant ma candidature au vote des militants, je souhaite au contraire replacer Les Républicains au centre du jeu politique. Nous avons les moyens de peser. Nous avons le devoir d’agir. Pour REFAIRE FRANCE. Toute autre stratégie signera notre fin. Bien plus grave, elle laissera Emmanuel Macron les mains libres pour poursuivre sa politique qui conduit la France dans l’impasse

Posts récents

Voir tout

« On est chez les fous »

Pour une fois, je suis d’accord avec Emmanuel Macron. Le problème est qu’il habite aussi la maison. Il en est même le gardien ! Le spectacle auquel nous Français nous assistons, médusés, depuis la dis

Comentarios


bottom of page